Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

Renfoncement des capacités des Entités Territoriales Décentralisées : comment implémenter la Loi sur l’Eau ?

Leave a comment

En République Démocratique du Congo, la révision de la Constitution du 2006 a marqué le début d’un processus de décentralisation de l’ensemble de ses secteurs vitaux. Le secteur de l’Eau, Hygiène et Assainissement en est évidemment affecté et les acteurs impliqués sont au travail pour la définition du nouveau système de gouvernance. Selon la Loi sur l’Eau promulguée en décembre 2015, les ETD en milieu rural (secteurs et chefferies) sont reconnues comme « maître d’ouvrage » pour les infrastructures du service public de l’eau et d’assainissement, ce qui entraîne des responsabilités importantes et donc la nécessite d’ acquérir  un nouveau ensemble de compétences, comme souligné par les différentes parties prenantes du secteur pendant la Revue Technique de Janvier 2016.

En raison de ça, le Consortium WASH est en train de piloter un projet de renforcement des capacités de six ETD dans ses zones d’intervention au Tanganyika, en les aidant à mieux comprendre et assumer leurs rôles et responsabilités selon le nouveau cadre légal. Le bureau d’études Hydroconseil est le partenaire désigné pour la conception et mise en œuvre des activités du projet, notamment trois séries  de formation des ETD, essentielle, avancée et de recyclage.

Les premières phases, en cours de déroulement, prévoient la création d’un outil de diagnostic à soumettre aux ETD sélectionnées (trois dans la zone de santé de Manono, trois dans celle de Kongolo). Cet outil permettra de déterminer de manière participative les objectifs des formations et d’en assurer la pertinence. La première mission de l’équipe Hydroconseil sur le terrain vient de démarrer, le 13 novembre, à Kinshasa, où différents rencontres avec des acteurs clés du secteur au niveau national ont été organisés. Ensuite, deuxième étape à Kalemie, pour préparer les deux formateurs qui, dans les jours suivants, seront en charge du diagnostic auprès des ETD. Cette mission, qui terminera le 30 novembre, alimentera le plan de formation et informera le choix de deux entre le six ETD avec le potentiel le plus évident pour passer aussi la formation de niveau avancé.

Rencontre avec les acteurs EHA à Kinshasa

L’objectif de la première formation, qui aura lieu en février 2018, est de donner à toutes les six ETD une bonne compréhension de leurs responsabilités à long-terme selon la Loi sur l’Eau et d’identifier les « engagements minimum » qu’elles toutes peuvent adopter à court-terme. La réflexion participative sera encouragée, en particulier autour les difficultés rencontrées dans la gestion des infrastructures d’eau potable en zone rurale et la mise en place d’un système de gestion légale, durable, adapté au contexte et pertinent vis-à-vis les conditions socio-économiques des populations ciblées par le projet.

Pendant les sessions de formation plus avancée, prévues en avril 2018, les ETD seront supportées dans le développement des plans d’investissement EHA qui tiennent compte de l’approche des « coûts à long-terme » à travers la conception d’un outil de planification financier facile à utiliser.

A la conclusion du projet en mi-2018, toutes les ETD impliquées profiteront de sessions de recyclage pour assurer l’effective maitrise des compétences acquises, tout en favorisant leur future application dans les tâches de leur compétence.

Nous souhaitons une profitable session de travail à tous les participants et espérons tirer des intéressantes considérations de cette expérience formative !

 

 

Leave a Reply