Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

http://www.werathah.com/index.php?vfzvoo=premiere-pro-codes www.werathah.com he has a good point photoshop cs5 activation code autocad civil 3d 2015 discount
this post http://www.lacasagiusta.it/index.php check that autocad 2013 pc software

Les bonnes pratiques d’hygiène et assainissement expliquées aux enfants

Leave a comment

Au Kasaï Central, dans les zones de santé de Dibaya et Lubondaie, Catholic Relief Services (agence membre du Consortium WASH RDC responsable de la mise en œuvre du programme dans ces zones) compte sur l’implication de plus 11 000 élèves de 30 écoles pour apporter des changements dans les comportements en hygiène et assainissement de leurs communautés d’appartenance.

Comment on peut faire ça ? A travers une méthodologie d’apprentissage participatif adaptée aux besoins spécifiques des enfants et à leur niveau de compréhension. Cette approche prend le nom de CHAST, acronyme anglais de « Child Hygiene and Sanitation Training » (en français « Formation à l’hygiène et à l’assainissement des enfants »). Elle a été développée par Caritas en Somaliland en 2002, comme adaptation de la plus connue PHAST[1], une méthodologie d’apprentissage participatif en sept étapes qui aide les communautés à améliorer les comportements d’hygiène et ainsi réduire les maladies diarrhéiques et qui facilite la gestion communautaire efficace des services d’eau et d’assainissement. La PHAST vise à encourager la participation des individus à des activités de groupe, en développant leur confiance en soi et leur sens de responsabilité pour la prise de décisions.

Cette approche a donc été révisée pour être utilisée avec les enfants et élèves des écoles, en partant du principe prouvé selon lequel les pratiques d’hygiène personnelles sont acquises pendant l’enfance – et qu’il est beaucoup plus facile de changer les habitudes des enfants que celles des adultes. Effectivement, bien que les enfants aient moins de connaissance, d’expérience et de responsabilités et qu’ils aient une conception différente du temps et du futur, ils sont naturellement curieux et avides d’apprendre. En outre, les enfants sont capables de transférer les messages appris à leurs familles et d’accompagner ainsi le changement de comportements de leur communauté.

Formation des élèves sur la méthode CHAST

L’approche CHAST prend avantage de ces qualités naturelles, en encourageant les enfants à participer activement à des discussions ouvertes et à partager leurs expériences et idées avec leurs pairs. En utilisant une variété d’exercices et de jeux éducatifs conçus pour être amusants, les enfants apprennent à reconnaitre les bonnes pratiques en termes d’hygiène personnelle et leur lien direct avec un état de bonne santé.

Cette méthode suive un processus en cinq étapes, commençant par des activités de brise-glace et terminant par une évaluation finale du changement des comportements. Des jeux de cartes, jeux de rôle, chants et contes, dessins et affiches sont utilisés tout au cours du processus pour faciliter l’implication des élèves. Notamment, les étapes et les respectifs objectifs sont :

  • Introduction, visant à faciliter la prise de confiance et la familiarisation des enfants avec les outils CHAST, ainsi que la collecte d’informations sur les pratiques d’hygiène actuelles des enfants, à utiliser comme point de comparaison dans l’évaluation finale.
  • Identification du problème, pour permettre aux enfants de faire la distinction entre les bonnes et les mauvaises habitudes en termes d’hygiène et assainissement.
  • Analyse du problème, qui sert à assurer la compréhension de la relation entre la mauvaise hygiène personnelle et l’apparition de maladies par les enfants.
  • Prendre des bonnes habitudes, pour permettre aux enfants de connaitre et mettre en place des techniques concrètes et essentielles pour la bonne hygiène personnelle (se bien laver les mains et le visage, brosser proprement les dents, utiliser les latrines de manière hygiénique).
  • Mesurer les changements des comportements, pour vérifier l’efficacité de la formation.

Aujourd’hui, 182 enseignants de 25 écoles cibles ont été déjà formes sur la méthode CHAST. Toutes ces écoles ont établi leur plan d’action qui ressort la planification des cinq étapes tout au long de l’année scolaire. Les écoles ne sont pas toutes au même niveau de mise en œuvre des cinq étapes, mais certains éléments indicatifs de changements dans les habitudes des enfants ont été constatés et reportés durant les différents échanges avec les enseignants. En général, les élèves se montrent très motivés à participer aux activités organisées par les enseignants en dehors des heures d’enseignements et ils gardent cet esprit de jeu en mettant en pratique les messages qu’ils ont appris. Par exemple, les élèves maintenant se contrôlent réciproquement et quand ils voient l’une ou l’un de leurs collègues revenir des latrines sans se laver les mains, ils le remarquent et se moquent de lui.

Mais ils ont aussi pris les enseignements plus au sérieux et commencé à demander à leurs parents qu’ils les aident à exécuter les bonnes pratiques apprises : ils s’attendent d’avoir à disposition les outils nécessaires à la correcte hygiène personnelle et veillent sur la propreté dans leurs maisons. Et ils sont très impliqués eux-mêmes dans l’assainissement des espaces qu’ils fréquentent : toutes ces écoles ont mis en place des brigades scolaires, qui, en grand partie, organisent des activités telles que la plantation de fleurs et pelouse et le nettoyage de leurs écoles.

 

[1] De l’anglais “Participatory Hygiene and Sanitation Training”

Leave a Reply