Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

Renforcement de la chaine d’approvisionnement des pièces de rechange au Tanganyika

Leave a comment

Partout en Afrique subsaharienne les pompes à main sont la première technologie utilisée pour l’approvisionnement en eau en milieu rural. Malheureusement, les taux de défaillance de ces pompes sont élevés dans toute la région et en particulier en RDC, où, d’après une étude effectuée par Rural Water Supply Network en 2009, 67% des pompes manuelles étaient non fonctionnelles. Afin d’éviter cet écueil et d’améliorer la pérennité des installations qu’elle aménage, l’ONG Concern Worldwide, dans le cadre de son travail au sein du Consortium Wash RDC, a jugé indispensable de comprendre les causes du mal fonctionnement des systèmes de pompe manuelle et la manière dont les Comités de gestion d’eau (Comités) et les Organisations Non Gouvernementales Internationales (ONG-I), planifient, préparent et gèrent le remplacement et la maintenance des pièces détachées. En 2014, l’étude « Pièces de rechanges pour Pompes Manuelles : analyse de la Chaîne d’Approvisionnement » a été donc commandité par Concern Worldwide au cabinet de conseil Absolute Options.

Point d’eau de Mande, Manono, Tanganyika

Cette étude a identifié le manque d’accès aux pièces de rechange comme une des principales barrières à la pérennisation des pompes à main en RDC. Les ONG-I achètent les pompes à main et les pièces détachées directement auprès des fabricants en Inde (les autres options étant la France, le Kenya, le Swaziland et le Mozambique). Les Comités sont presque exclusivement alimentés par les ONG-I et leur forte dépendance sur ces dernières limite le développement d’une chaîne d’approvisionnement en pièces de rechange. De fait, le marché des pièces de rechange en RDC souffre d’une ‘défaillance du marché de la demande induite par les ONG-I’ : les acheteurs affirment que l’offre est insuffisante pour répondre à la demande, et les fournisseurs qu’une faible demande les empêche d’avoir des stocks plus grands et plus diversifiés.

La chaîne d’approvisionnement de pièces de rechange en RDC

C’est sur la base de ce constat que Concern Worldwide a conçu un projet pilote visant à développer la chaine d’approvisionnement dans le territoire de Manono, Tanganyika, à travers la mise en relation directe des comités de gestion et les fournisseurs de pièces de rechange locaux, de district et provinciaux et leur renforcement des capacités. Ce projet s’adresse à un sous-ensemble de la totalité des villages ciblés par Concern Worldwide à travers le Consortium, pour un total d’environ 70 000 personnes.

Plusieurs ateliers et rencontres ont été organisés pour promouvoir les objectifs et l’importance d’une chaîne d’approvisionnement fonctionnante auprès des différentes parties prenantes. Un « groupe de lobbying », dont les élus sont issus des collectivités locales, des comités de gestion de l’eau et des représentants des usagers de l’eau des Zones de Santé, a été mis en place pour assurer que les communautés, ayant compris l’importance de pouvoir repérer les pièces en autonomie, puissent prendre en charge elles-mêmes les relations avec les fournisseurs locaux et les motiver à garder des stocks suffisants. De même manière, le projet vise à faciliter les relations entre les fournisseurs de quincaillerie locaux et de district et les grossistes de pièces de rechange opérant à Lubumbashi, Goma et Bukavu.

En outre, Concern Worldwide en partenariat avec le SNHR a élaboré un plan de formation des membres des comités, du « groupe de lobbying », de certains fournisseurs locaux, autorités locales et représentants de la société civile. La formation portera sur la réparation et entretien des pompes manuelles et se déroulera au cours du premier trimestre du 2018.

Leave a Reply