Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales


Leave a comment

Célébrations de la Journée Mondiale des Toilettes 2017 : Le Consortium WASH RDC fête dans les villages

Comme chaque année depuis le 2001, le 19 novembre 2017 a été consacré dans le monde aux célébrations de la Journée Mondiale des Toilettes : une occasion pour rappeler l’importance de garantir l’accès aux installations sanitaires de base aux 2,4 milliards de personnes dans le monde qui en sont dépourvues. Les Nations Unies rapportent que chaque année le manque d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène fait près de 850 000 victimes. Cela inclut plus de 360 000 enfants de moins de cinq ans qui tombent victimes de diarrhée et d’autres maladies telles que le choléra, la dysenterie, l’hépatite A et la fièvre typhoïde. Les personnes vivant dans les zones rurales de l’Afrique subsaharienne et d’Asie sont les plus exposées à ce risque, et la République Démocratique du Congo, qui fait face en ce moment à une épidémie de choléra bien plus sévère de celle du 1994 (année de la crise de réfugiés rwandais), ne fait pas exception.

Selon les dernières estimations du Joint Monitoring Program du 2015, en RDC plus du 10% de la population pratique la défécation a l’aire libre, avec de très fortes différences entre les zones rurales et urbaines et entre les plus riches et les plus pauvres. Le Consortium WASH RDC travaille depuis le 2013 pour favoriser l’accès à des installations sanitaires adéquates en milieu rural et, jusqu’au présent, le programme a permis à 340.000 personnes vivant dans environ 350  villages d’installer une toilette dans leurs habitations.

Ecole primaire, Luba, Manono, Tanganyika

Continue reading


Leave a comment

Renfoncement des capacités des Entités Territoriales Décentralisées : comment implémenter la Loi sur l’Eau ?

En République Démocratique du Congo, la révision de la Constitution du 2006 a marqué le début d’un processus de décentralisation de l’ensemble de ses secteurs vitaux. Le secteur de l’Eau, Hygiène et Assainissement en est évidemment affecté et les acteurs impliqués sont au travail pour la définition du nouveau système de gouvernance. Selon la Loi sur l’Eau promulguée en décembre 2015, les ETD en milieu rural (secteurs et chefferies) sont reconnues comme « maître d’ouvrage » pour les infrastructures du service public de l’eau et d’assainissement, ce qui entraîne des responsabilités importantes et donc la nécessite d’ acquérir  un nouveau ensemble de compétences, comme souligné par les différentes parties prenantes du secteur pendant la Revue Technique de Janvier 2016.

En raison de ça, le Consortium WASH est en train de piloter un projet de renforcement des capacités de six ETD dans ses zones d’intervention au Tanganyika, en les aidant à mieux comprendre et assumer leurs rôles et responsabilités selon le nouveau cadre légal. Le bureau d’études Hydroconseil est le partenaire désigné pour la conception et mise en œuvre des activités du projet, notamment trois séries  de formation des ETD, essentielle, avancée et de recyclage.

Les premières phases, en cours de déroulement, prévoient la création d’un outil de diagnostic à soumettre aux ETD sélectionnées (trois dans la zone de santé de Manono, trois dans celle de Kongolo). Cet outil permettra de déterminer de manière participative les objectifs des formations et d’en assurer la pertinence. La première mission de l’équipe Hydroconseil sur le terrain vient de démarrer, le 13 novembre, à Kinshasa, où différents rencontres avec des acteurs clés du secteur au niveau national ont été organisés. Ensuite, deuxième étape à Kalemie, pour préparer les deux formateurs qui, dans les jours suivants, seront en charge du diagnostic auprès des ETD. Cette mission, qui terminera le 30 novembre, alimentera le plan de formation et informera le choix de deux entre le six ETD avec le potentiel le plus évident pour passer aussi la formation de niveau avancé.

Rencontre avec les acteurs EHA à Kinshasa

Continue reading