Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

Présentation du programme

Consortium WASH RDC: Un programme pour la promotion de solutions durables adaptées aux besoins en Eau, Hygiène et Assainissement des populations rurales de la République Démocratique du Congo

Le programme du Consortium WASH RDC a vu le jour en Juillet 2013, dans le but d’appuyer l’amélioration des conditions d’accès en Eau, Hygiène et Assainissement (EHA)  pour environ 750 000 personnes vivant dans près de 700 villages de la RDC.

Financé sur 5 ans et demi par UKAID, le programme du Consortium WASH RDC est en ligne avec la Stratégie Nationale en matière d’EHA et complète le Programme National Villages et Ecoles Assainis à plusieurs niveaux :

  • Complémentarité en termes de couverture géographique. Le programme du Consortium WASH RDC intervient dans 15 Zones de Santé, dont 8 en commun avec le Programme National Villages et Ecoles Assainis.
  • Harmonisation à travers le partage de l’information collectée avec les bases de données nationales et les parties prenantes du secteur Eau, Hygiène et Assainissement (EHA). Les indicateurs du programme du Consortium WASH RDC sont alignés sur ceux du Programme National Villages et Ecoles Assainis. Chacun des 520 villages ciblés est accompagné pour atteindre les 7 normes définies par le Programme National Villages et Ecoles Assainis. Une fois la certification « Village Assaini » obtenue, les villages entrent dans le processus de ‘Post-Certification’, coordonné par le Programme National Villages et Ecoles Assainis.
  • Collaboration avec les communautés, les structures de gouvernance locale, les institutions gouvernementales et les services publics et privés, en vue de favoriser le partage des connaissances et des bonnes pratiques de programmation EHA. Le Consortium WASH RDC organise notamment des évènements visant un échange avec les acteurs du secteur EHA afin de développer une stratégie de plaidoyer qui favorise des changements sociaux durables.

Les sept Normes à atteindre pour devenir « Village Assaini »

  • Un village ayant un comité de village dynamique

  • Au moins 80% de la population a accès à l’eau potable

  • Au moins 80% des ménages utilisent des latrines hygiéniques

  • Au moins 80% des ménages évacuent hygiéniquement leurs ordures ménagères

  • Au moins 60% de la population lave ses mains avec du savon ou de la cendre avant de manger et après avoir été aux toilettes

  • Au moins 70% de la population comprend le schéma de transmission des maladies à partir des matières fécales et les mesures de prévention

  • Le village est nettoyé au moins une fois par mois

Contexte : La recherche de solutions durables pour l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement en RDC

La RDC possède 52% des eaux douces du continent africain. Cependant, l’accès à l’eau potable (29% de la population rurale) y reste problématique, ainsi que l’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement. En effet, malgré les efforts déployés, le défi reste de taille, notamment en termes de changement de comportements et de pérennisation des activités mises en œuvre :

  • 13% de la population rurale pratique la défécation à l’air libre[1];
  • Seul 2% des congolais qui boivent de l’eau provenant d’une source non-protégée utilisent des techniques de traitement de l’eau pour éviter les maladies hydriques[2],
  • 40 millions de congolais ne se lavent pas les mains aux moments clés de la journée[3];
  • 67% des pompes à main du pays sont non fonctionnelles[4].

Entre 2006 et 2008, le Ministère de la Santé Publique, le Ministère de l’Education et UNICEF ont lancé le Programme National Village et Ecole Assainis, afin de faire valoir les droits fondamentaux des hommes, femmes et enfants congolais à l’eau potable, à l’assainissement et à un environnement d’apprentissage sain. La première phase de ce programme (qui s’est terminée en 2012) a touché plus de 2  million de congolais, à travers la certification de près de 3 000 ‘Villages Assainis’ et plus de  1 000 ‘Ecoles Assainies’. Cette phase qui avait pour ambition la réduction de 25% de de la morbidité et de la mortalité due aux maladies d’origine hydrique et au manque d’assainissement, a permis d’imposer la certification des villages comme objectif pour tous les acteurs du secteur EHA. Elle a cependant enregistré des résultats mitigés (en 2014, 98% des ‘Villages Assainis’ avaient perdu leur statut), menant donc le secteur EHA en RDC à s’interroger sur les méthodologies à utiliser en termes de mobilisation communautaire, les points clés à prendre en compte pour assurer la pérennisation des acquis et la mise en place d’une certification ‘progressive’. C’est fort de cette expérience et de ces réflexions, qu’une seconde phase (2013-2019) a été lancée.

Le programme National Villages et Ecoles Assainis et le Programme du Consortium WASH RDC : des objectifs communs mais une approche différente

Si les deux programmes sont alignés sur la même stratégie globale, le programme du Consortium WASH RDC se démarque par une approche plus flexible. Basé sur la recherche, l’apprentissage et l’adaptation, ce programme produit et dissémine des recommandations pour la mise en œuvre de solutions communautaires plus pérennes en matière d’EHA rurale. Grace à cette approche particulière, le projet privilégie donc :

  1. La mobilisation communautaire, dans le but de favoriser la mise en place de Petites Actions Faisables Importantes (PAFI), qui sont efficaces, à la portée de tous et basées sur les ressources de la communauté. Elles permettent d’identifier et de mobiliser les ressources nécessaires pour maximiser les progrès vers les 7 normes avant de recourir à la demande d’investissement extérieur pour la construction d’un point d’eau amélioré. Les PAFIs encouragées par le Consortium Wash RDC comprennent le traitement de l’eau à domicile, la construction de latrines hygiéniques et de stations de lavage des mains avec des matériaux locaux, la mise en place de trous à ordures, la construction d’étals permettant de faire sécher la vaisselle, etc. Des catalogues PAFI seront disponibles courant 2016.

    WASH CONSORTIUM REPORT (49)

    Activités d’assainissement dans le village de Bolobo, Mai Ndombe

  2. L’identification et le renforcement des compétences locales pour favoriser la mise en œuvre des savoirs faire au niveau communautaire, et assurer la pérennisation des services EHA.
  3. Le développement de solutions adaptées aux différents contextes d’intervention (notamment en prenant en compte les données sociodémographiques, hydrogéologiques, etc).
  4. Une approche économique visant à garantir un meilleur équilibre entre la capacité/volonté financière des communautés à payer le service d’eau et les coûts calculés/estimés pour organiser et produire ce service afin qu’il continue à fonctionner après la phase d’investissement appuyée par le Consortium WASH RDC.
  5. Une décision d’investir conjointe avec la communauté et les autorités locales, basée sur une meilleure information des solutions possibles, une meilleure compréhension des coûts et des risques liés à l’investissement dans ces solutions, et une approche responsable de la faisabilité.

Projets de Recherche 

Pour plus de détails sur les projets de recherche et innovation en cours, merci de consulter notre page Recherche, Innovation et Apprentissage

Au début du projet, deux des cinq agences membres du Consortium WASH RDC se sont engagées à développer des projets de recherche sur :

  • La communication pour le changement de comportements (ACF)
  • Les chaînes d’approvisionnement des pièces détachées (Concern Worldwide)

Les trois autres agences se sont lancées dans la conception et la mise en œuvre de projets innovants, portant sur :

  • L’intégration de la préparation à la réponse au choléra pour protéger les avancées d’un programme de développement (Solidarités Internationales)
  • La cartographie comme outil de mise en valeur et de diagnostic des besoins et ressources pour faciliter la coordination des acteurs dans le secteur (ACTED)
  • La mise en place de groupes d’épargne communautaire (CRS)

Les deux programmes de recherche ont été finalisés début 2015, ainsi que le projet de Solidarités International. Egalement, le Consortium WASH RDC a entrepris un certain nombre de ‘recherches action’, portant sur :

  • Les PAFI-Eau (recherche de solutions alternatives permettant l’amélioration de l’accès à l’eau).
  • Les PAFI- Hygiène et Assainissement (recherches de solutions communautaires permettant d’atteindre les normes relatives à l’hygiène et l’assainissement).
  • Le renforcement de capacité financières et organisationnelles des Comités Eau, Hygiène et Assainissement
  • Le développement des stratégies de partenariat et de renforcement institutionnel des intervenants du secteur EHA en milieu rural.

[1] Joint Monitoring Program for Water Supply and Sanitation’, Avril 2015, UNICEF

[2]Enquête par grappes à indicateurs multiples, MICS 2010, rapport de synthèse, MICS, mai 2011.

[3]Enquête par grappes à indicateurs multiples, MICS 2010, rapport de synthèse, MICS, mai 2011.

[4] Rural Water Supply Network, 2009