Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

Quatre questions à Félix Kabemba, Gestionnaire du projet du Consortium WASH RDC pour les Zones de Santé de Manono et Kiambi, au sein de Concern Worldwide

Leave a comment

Felix Kabemba, Gestionnaire du projet du Consortium WASH RDC pour les Zones de Santé de Manono et Kiambi, avec Concern Worldwide

Felix Kabemba, Gestionnaire du projet du Consortium WASH RDC pour les Zones de Santé de Manono et Kiambi, Concern Worldwide

Quels changements avez-vous constaté depuis que vous travaillez sur le projet du Consortium WASH RDC ?

Je suis le gestionnaire du projet Consortium WASH RDC depuis novembre 2013. Le changement majeur que j’ai observé depuis le début du projet est le suivant : les communautés ont pris conscience de l’importance des Petites Actions Faisables Importantes (PAFI). Ils ont compris que les PAFI permettent de se prévenir contre les maladies hydriques et d’origine fécale, à moindre coût. La mise en œuvre des PAFI a déjà commencé à apporter des bénéfices aux ménages qui ont eu le temps de les mettre en pratique.

Que pensez-vous de cette formation ?

Cette formation a vu le jour en partie grâce aux recommandations des gestionnaires de projet des organisations membres du Consortium WASH RDC. C’était un veritable besoin car beaucoup d’outils avaient été conçus et partagés mais nous n’arrivions pas toujours à tout comprendre par nous-même. Cette formation permet d’échanger des expériences entre les agences du Consortium et d’avoir une compréhension commune de l’approche et des différents outils. Je souhaiterai que ce type de formations continue à l’avenir pour renforcer nos capacités, celles de nos bénéficiaires et celles de nos partenaires.

Jusqu’à présent, quelles sessions vous ont le plus intéressé ?

C’est sans aucun doute la session portant sur la gestion durable des points d’eau. J’ai beaucoup apprécié le point sur le type d’organisation à mettre en place pour que les comités de gestion d’eau deviennent les acteurs de mise en œuvre du projet. Le but est qu’ils puissent travailler sans assistance extérieure, mais qu’ils soient en mesure d’engager des gens avec des compétences particulières, si besoin est. Pour moi, c’est vraiment ça le socle de la réussite du projet. Il s’agit de leur permettre d’identifier des problèmes et de trouver les solutions appropriées pour gérer la durabilité du projet à l’échelle de leur village.

La seconde session la plus intéressante celle concernant la gouvernance institutionnelle et organisationnelle. Dans cette session, on a vu que si les décideurs ne sont pas impliqués dès le début dans le projet, ils peuvent avoir une influence négative sur la réalisation du projet. Leur implication dès le début du projet leur permettra d’accompagner les comités village assaini afin qu’ils assurent au mieux leur mission.

J’attends avec impatience la partie de demain portant sur les activités génératrices de revenu (AGR) car elles permettent de renforcer les capacités du comité afin qu’il soit en mesure de générer des recettes.

Felix (à gauche) en travail de groupe avec l'Animateur Communautaire de la Zone de Santé de Mbulula

Felix (à gauche) en travail de groupe avec l’Animateur Communautaire de la Zone de Santé de Mbulula

Avez-vous une autre remarque à formuler ?

Je voudrai dire félicitations à l’unité de coordination du Consortium. Vous êtes petits en nombre mais vous faites beaucoup. Votre approche est très innovante pour le secteur WASH et je pense que ce que j’apprécie le plus avec le Consortium, c’est que quand on échoue on apprend, et quand on réussit, on partage l’expérience avec les autres

Réunir toutes ces personnes au sein de cette formation est un plus. Je suis vraiment content que le leadership institutionnel soit présent car ce sont eux les détenteurs du pouvoir et nous avons tous les avantages à les impliquer pour obtenir leur coopération, et assurer la durabilité du projet et l’accompagnement des comités sur le long terme.

Leave a Reply