Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

Témoignage du terrain : Antoinette Muadi, trésorière du Comité Village Assaini de Kaula

Leave a comment

A l’occasion de la journée mondiale des toilettes, vous aurez l’occasion de lire quelques témoignages liés aux actions d’assainissement dans les villages dans lesquels le Consortium WASH RDC travaille. Voici le témoignage d’Antoinette Muadi, 66 ans, trésorière du Comité village Assaini de Kaula, dans la zone de santé de Dibaya, province du Kasaï Central. Antoinette est cultivatrice et a 7 personnes à sa charge, dont sa belle-mère et ses petits-enfants.

Il y a 3 ou 4 ans, j’ai construit ma première latrine. Je n’avais pas encore la connaissance apportée par le projet Consortium WASH RDC : je ne savais pas qu’une latrine hygiénique était une latrine qui a un couvercle pour éviter les mouches, de la cendre à disposition pour éviter les odeurs et une station de lavage des mains non loin avec de l’eau et du savon ou de la cendre.

DSCN5505

La latrine hygiénique d’Antoinette Muadi

DSCN5502

L’intérieur de la latrine hygiénique d’Antoinette Muadi, avec son couvercle

Au mois de février, j’ai fait construire ma latrine hygiénique. J’ai payé des jeunes qui m’ont aidé : le creusage m’a couté 5 000 FC, le maçon 4 000 FC et pour la toiture, on m’a demandé une poule. Pour la station de lavage de mains qui se trouve à côté de la latrine, j’utilise un bidon que j’avais initialement acheté pour le transport de l’eau de boisson. Je n’ai qu’une seule station de lavage des mains ; dans la maison, on utilise une bassine que l’on remplit avec de l’eau et un gobelet. Ça nous permet de nous laver les mains. L’eau que nous utilisons provient d’une source non aménagée, à environ 45 minutes de marche. Je vais habituellement chercher l’eau moi-même, mais lorsque je n’ai pas la force de le faire, je donne 500 FC à des jeunes du village pour qu’ils me ramènent 2 bidons de 20 litres.

DSCN5499

Antoinette Muadi utilise la station de lavage des mains qui se trouve à côté de sa latrine hygiénique

DSCN5501

Une fois ses mains lavées, Antoinette Muadi peut vaquer à ses occupations

 

 

Leave a Reply