Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales

Journée Mondiale de l’Eau 2017

Leave a comment


La Journée Mondiale de l’Eau se célèbre chaque 22 mars autour du monde. Pour 2017, le thème mondial est « Eaux usées » et la campagne globale appelle à réfléchir sur le gaspillage d’eau. Gian Melloni, Directeur Adjoint du Consortium WASH RDC, explique comment cette thématique ce traduit dans les activités du Consortium WASH RDC. 

Kizonde, Moba, Tanganyika

En RDC, UNICEF a choisi la prévention du choléra comme une dimension de la gestion d’eaux usées, appropriée pour le contexte rural du pays. Dans le cadre de la prévention de choléra, autant la gestion de l’eau que l’assainissement sont importants : des sources d’eau aménagées assurent l’approvisionnement d’eau de qualité pour la consommation, et l’utilisation de toilettes améliorées contribue à prévenir la contamination fécale des sources d’eau.

Le Consortium WASH RDC intervient dans ces deux axes de gestion d’eau et d’assainissement en milieu rural. De 2013 à 2016, le programme a appuyé près de 275.000 personnes à accéder d’une façon permanente à des sources d’eau améliorées, et pour 237.000 d’entre eux les sources d’eau se situent à une proximité de moins de 30 min de marche aller-retour de leurs maisons. Grâce aux activités du programme, 71.000 personnes bénéficient également de plus de 15 litres d’eau potable par personne par jour. Les activités de sensibilisation se centrent entre autres sur l’importance d’utiliser l’eau d’une manière responsable pour éviter le gaspillage d’eau consommable.

Test Qualité de l'eau, Manono, TaganyikaLe programme du Consortium utilise différents types de conception pour assurer que les sources d’eau sont vraiment améliorées : des sources aménagées, des forages manuels ou mécaniques et des puits busés équipés par des pompes manuelles. Toutes les sources d’eau doivent être placées à une distance minimale de sources de contamination potentielle, et tous les travaux sont réalisés par des équipes spécialisées après des études hydrogéologiques appropriées. Des contrôles de la qualité et quantité de l’eau sont effectués avant, durant et après les travaux pour assurer que l’eau est apte pour consommation.

Pour ce qui concerne l’assainissement, le Consortium a appuyé entre 2013 et 2016 230.000 personnes à améliorer l’assainissement au niveau de leurs ménages à travers la construction par les communautés de latrines, sans investissements externes. 187.000 personnes bénéficient également d’une station de lavage de mains à proximité des toilettes. Les enquêtes effectuées jusqu’ici montrent que depuis le début des interventions, autour de 300.000 personnes ont une connaissance des maladies hydriques et de l’importance du lavage des mains.

En intervenant sur ses deux axes, le Consortium contribue à la lutte contre le choléra à long terme basé sur une approche communautaire. Dans les cas où des épidémies sont signalées par les services de santé locaux partenaire du Consortium, une équipe d’urgence est envoyée pour appuyer les services de santé à contrôler l’épidémie. Entre 2014 et 2016, l’équipe choléra a ainsi fait 10 interventions rapides.

 

 

Leave a Reply